Le repaire du Daimaô

It's like a mystic cave. But in the world wide web.

Glossaire

Lassitude

Charge temporaire entraînant la diminution du BEV pour une chose particulière (ou un type de chose). Cette charge est souvent induite par l’expérience assez récente de la chose en question. Du fait de cette charge, le renouvellement de l’expérience de cette chose entraîne un état affectif altéré (~ ennui, désagrément). Elle joue donc un rôle important dans l’appréciation.

On distingue deux types de lassitudes :

D’une part la lassitude sensorielle, qui s’exprime lorsque nos capteurs (« yeux », « papilles », « oreilles », etc) reçoivent pendant trop longtemps le même type de signaux (se gaver de sucreries, écouter une musique en boucle, jouer pendant trop longtemps au même jeu). Elle est similaire à la satiété de la faim et s’applique sur le court terme (analogie avec les fibres musculaires rapides). C’est une fatigue plus physique que logique. À noter qu’il semblerait que ce type de lassitude soit nettement moins prononcée chez les autistes.

D’autre part la lassitude mémorielle (ou structurelle), qui s’exprime lorsque la mémoire n’a pas subi assez d’influx depuis la dernière fois (qu’on a fait l’expérience de la chose). C’est ce qui fait que nous n’avons pas envie de revoir tout de suite un film que nous venons de voir, mais que nous le reverrions bien d’ici quelques années. Elle s’applique sur le long terme et s’évapore en même temps que la mémoire (analogie avec les fibres musculaires lentes). C’est une fatigue plus logique que physique. Cependant, par accumulation, elle s’applique & eacute;galement à des expériences physiques, plus basiques (manger trop souvent la même chose).

 

L’ennui entraîné par la lassitude joue un grand jeu dans les décisions inconscientes, car il pousse à la déviation.

Commentaires fermés.

Laisser un commentaire